Un goût amer dans la bouche

Bien mieux dans son jeu que contre Issy, le CDB n’a pas été récompensé face à Nîmes. Avec au final une défaite bien cruelle.

On ne sait pas encore ce qu’on retiendra de ce match contre Nîmes.
Est-ce le dernier tir de Marie François pour l’égalisation, tuée dans l’œuf par un inexplicable passage en force annoncé par les arbitres ?
Les dix-neuf balles perdues par les Dijonnaises dont un seau de passages en force ?
Ou cet arrêt un peu heureux de Marija Colic face à Marie Prouvensier à 60 secondes de la fin, alors que le ballon semblait glisser vers la terre promise ?
Ou peut-être encore ce sprint de Christophe Maréchal au coup de sifflet final pour dire aux arbitres, avec un soupçon de calme, qu’il n’avait pas été transporté par leurs décisions ?
Une chose est sûre, tout un tas de petits détails ont transformé ce qui pouvait ressembler à un beau coup d’éclat en une défaite qui fait mal au cœur et aussi au classement.

Dijon met pourtant la bonne intensité défensive d’entrée. Si cela ne paie pas tout de suite (0-2, 3e ), Prouvensier récompense un ballon gratté par une égalisation rapide après un missile de Pidpalova (2-2, 4e ). Le problème du CDB en ce début de match, ce sont les ballons perdus qui permettent à Nîmes de faire la course en tête, en s’appuyant sur la vista et l’efficacité de Mouna Chebbah (5-7, 15e ).
« On n’est pas très bien dans le premier quart d’heure car Nîmes rate aussi deux penalties », souligne Christophe Maréchal. « Mais ensuite, on a su revenir dans le match et quand la fatigue les rattrape en fin de première, on aurait dû pousser un peu plus sur l’accélérateur pour passer devant. »
Une fin bien cruelle

Grâce à Skolkova, Prouvensier et une bonne entrée de Dyeneba Sylla, le CDB prend pourtant le commandement (12-11, 26e ), en exploitant enfin le jeu rapide, mais la fin de mi-temps est truffée de faits de jeu : les arbitres ratent d’abord une poussette dans le dos de Sylla que même le spectateur du dernier rang a vu.
Puis Mendy marque du thorax les deux pieds au sol dans la zone ; avant que Goïorani ne marque le but du 13-12 pour Nîmes, sans doute le pied dans la zone rouge… Dijon a beau réussir un kung-fu à une de moins grâce à Terzi et Prouvensier, Nîmes vire en tête à la pause (13-14).

La suite est un long mano a mano, où Martina Skolkova et Marie Prouvensier sont encore impeccables pour se procurer six égalités jusqu’à 21-21 (48e ). Nîmes réussit alors à passer devant en sortant une 1-5 qui fait douter les Dijonnaises.
« Quelles que soient les joueuses sur le terrain, la défense haute avec Chebbah nous a perturbés », regrettera Christophe Maréchal.
Pidpalova, François et Stevin laissent pourtant l’espoir vivre (22-23, 23-24, 24-25). La défense de la dernière minute est même parfaite, Dijon récupérant la balle.

Mais la dernière action synonyme d’égalisation se termine en eau de boudin comme le raconte Marie François. « Je pensais me décaler pour m’ouvrir l’angle de but et on me siffle un passage en force. Je n’ai pas compris car passage en force pour moi, quand on est en l’air, ça n’existe pas… ».

Anthony Prost (LeBien Public)

À Dijon (palais des Sports J.M. Geoffroy). – HBC Nîmes b. Cercle Dijon Bourgogne : 14 – 13 (25 – 24)
Arbitres : Mmes Paradis et Tournant. Spectateurs : 1000.

Dijon. – Gardiennes : Ben Slama (1re -45e , 10 arrêts), Pantic (45e -60e , 2 arrêts).
Joueuses de champ : Terzi 3/3, Pidpalova 4/8 (dt 1/1 p.), Lathoud, Moretto 0/3, François 2/4, Prouvensier 6/8, Sylla 2/4, Skolkova 5/9, Stevin 2/2.
Deux minutes : Lathoud (30e ), Skolkova (49e ).

Nîmes. – Gardiennes : Colic (1re -30e , puis 49e -60e , 6 arrêts), Malikczkiewicz (31e -48e , 3 arrêts).
Joueuses de champ : Mendy 4/8, Ayglon 1/7, Dancette 6/9 (dt 2/2 p.), Asperges 1/2, Chebbah 8/13 (dt 1/3 p.), Clavel 1/2, Goïorani 3/5, Jericek 1/4 (dt 0/1 p.), Feuvrier 0/1.
Deux minutes : Ayglon (54e ).

Vous pouvez retrouver un autre résumé du match sur:

DSn200
Et les photos du match sur

TAG-MY-CHOICE-VRAI-NOIRetc-300x101

Toutes les actus du CDB